Toute l’actu de Studio Mode

Studio Mode Paris
Retour

Interview de Sophie MARIE, étudiante en 2ème année 2017 – 2018

Interview réalisée à la fin de l'année scolaire 2016 - 2017

Chloé Gateaux : « Bonjour Sophie, parle-nous un peu de toi. »

Sophie Marie : « Je m’appelle Sophie Marie, j’ai 27 ans, je viens de finir ma première année à l’École Studio Mode Paris. J’ai toujours été passionnée de mode et de maquillage, par la beauté en général. J’ai eu un parcours assez original avant de m’inscrire dans cette école. J’ai fait un BEP métiers de la mode et du vêtement puis ensuite un BAC pro dans la continuité. »

 

CG : « Quel parcours as-tu emprunté après ton bac ? »

SM : « En terminale, j’ai voulu m’inscrire dans des BTS métiers de la mode et du vêtement dans des villes proches de chez moi, mais je n’ai été prise nulle part. J’étais première de classe, j’ai eu mention Bien au bac, mais ma candidature n’a été acceptée ni à Creil, ni à Amiens car soit ils avaient trop peu de places, soit ils décidaient de privilégier les Bac généraux.

Peu de personnes de ma classe ont été retenues en BTS, j’ai été très triste après tout cela, car je pensais vraiment avoir ma place dans ces établissements.

Ce  type de formation m’intéressait moyennement car je savais que j’étudierais majoritairement la partie modélisme alors que j’ai un profil plus styliste ; et je voulais apprendre toutes les facettes des métiers de la mode dans une formation plus générale.

J’ai ensuite mis un an à réfléchir et j’ai tenté l’inscription dans une de vos écoles concurrentes, qu’une amie de mon copain m’avait conseillée. Je voulais partir dans la partie formation mode de l‘école, j’y suis allée pour passer l’entretien et j’ai été prise tout de suite, tout s’est bien passé. J’ai même à la suite de ça, obtenu une aide du conseil régional de 4000 euros pour payer une partie de mes frais de scolarité. Cependant, je me suis aperçue 2 semaines avant la rentrée, que mes frais avaient augmenté de 2000 euros, car des couts annexes s’étaient rajoutés.

Du coup, j’ai décidé d’abandonner mon inscription là-bas, j’ai trouvé que ce n’était pas une faite pour moi, mais je n’étais pas plus malheureuse que ça de ne pas y aller car je trouvais la mentalité assez spéciale. Par la suite j’ai regardé les avis sur internet qui disaient qu’on était presque trop en autonomie, et qu’il y avait de meilleures écoles, je n’ai pas regretté.

J’ai ensuite voulu prendre mon temps pour réfléchir, mon copain m’a dit de ne pas m’inquiéter et de commencer à travailler pour mettre des sous de côté pour la suite, et que je verrai plus tard pour m’inscrire dans une nouvelle école. J’ai donc travaillé 3 ans en tant que vendeuse prêt à porter pour New Look, Etam, Gémeaux. »

 

CG : « Comment as-tu découvert l’École Studio Mode Paris ? »

SM : « Quand j’ai commencé à me dire que je devais me relancer, j’ai discuté du financement avec mes parents, comme je n’avais pas trouvé dans le public, ils m’ont conseillé une école privée ou je me sentirais bien.

Je ne voulais pas faire un prêt tout de suite et mes parents ont accepté très vite de m’aider à payer l’école si j’en avais besoin.

Mes professeurs de lycée m’avaient dit de ne pas aller spécialement me renseigner que dans les écoles les plus connues, et de ce fait, les plus chères, que cela ne garantissait pas toujours la qualité de l’enseignement, et que je me plairais plus dans une structure plus à taille « humaine ».

Un jour mon copain m’a fait la surprise de m’amener au salon « Start », spécialisé dans les études d’art et j’ai adoré ce salon.

J’ai alors parlé avec plusieurs écoles de mode, je suis allée visiter plusieurs stands, en m’étant déjà renseignée au préalable, j’ai fait un tri selon la formation, et selon mon ressenti.

Je cherchais une formation générale sur la mode et durant le salon, je voulais absolument parler avec des étudiants, et je suis tombée sur Erwan en arrivant au stand de l’École Studio Mode Paris, un étudiant de 1ère année à l’époque.

Il m’a décrit ce qu’il vivait et faisait avec passion. Il m’a dit aussi qu’à Studio Mode Paris, on payait ce qui était promis et qu’il n’y avait pas de frais annexes surprises et qu’on achetait juste certaines fournitures.

J’ai eu directement un coup de cœur pour l’école grâce à lui. »

 

CG : « Comment s’est passée ton inscription dans l’école ? »

SM : « Un jour où je sortais du travail, j’ai appelé Monsieur LOVISI, Directeur du Développement de l’école et Responsable des admissions, pour avoir plus de renseignements. On a passé au moins 40 minutes au téléphone, le contact est très bien passé tout de suite, et il m’a proposé ensuite de faire une journée d’immersion pour mieux me rendre compte des cours que l’école proposait.

Les étudiants ont tout de suite été super accueillants, ils sont venus me parler, étaient souriants et agréables, je me suis sentie très vite à ma place dans l’école. Après la première journée, j’étais ultra motivée par l’école, j’étais sure de moi. Le prix plus le contact avec tout le monde m’a confirmé mon choix.

J’ai eu ensuite une phase de réflexion, mais plutôt sur moi-même, une de mes collègues à l’époque, passionnée de mode elle aussi, a tout fait pour me pousser à reprendre, ma famille et mes amis me motivaient à fond, ce qui a fait que je me suis vite décidée.

Lors de ma deuxième journée d’immersion, j’ai passé l’entretien de candidature l’après-midi. J’étais super stressée le jour d’avant et j’avais peur de me louper. Même mon patron m’avait donné mon après-midi pour être en forme le lendemain.

Monsieur LOVISI m’a annoncé à la suite de mon entretien que mon profil lu plaisait beaucoup, et m’a dit qu’il me reconfirmerait 2 semaines plus tard par téléphone. Il m’a d’ailleurs fait une blague en m’appelant pour être sure que j’étais prête et motivée, en faisant monter la pression ; ce qui m’a d’autant boostée. Il m’a dit que j’avais déjà un bon coup de crayon mais qu’il valait mieux rentrer en 1ère année car j’avais passé mon bac professionnel 4 ans auparavant et je n’avais pas pratiqué depuis. Je préférais aussi apprendre toutes les matières depuis le début.

Grace à mes années de travail, j’ai pu mettre des sous de côté, ce qui m’a permis de payer ma première année sans problème. Tout s’est ensuite enchainé. »

 

CG : « Qu’est-ce que tu aimes chez Studio Mode Paris ? »

SM : « Je me suis fait une bande d’amies géniales, bien que je sois plus âgée, je n’ai jamais senti de décalage en maturité, on s’entraide et c’est vraiment super.

J’adore les cours et ce que j’apprends. Avant je n’avais pas confiance en moi, lorsque j’étais en Bac professionnel métiers de la mode et du vêtement, je n’achetais aucunes fournitures, car j’avais peur de l’échec et de mal utiliser mon matériel. Maintenant je m’investis énormément dans mon travail et je me surprends à réaliser des créations même chez moi en dehors des cours et ce depuis que j’ai vu mes notes du 1er semestre.

Nous sommes bien accompagnés par les professeurs, ils ont déjà une bonne méthode pour nous apprendre, en plus nous sommes écoutés, ils prennent en compte notre propre style et notre créativité. Ils nous donnent toujours le choix et cherchent à analyser nos travaux pour mieux nous cerner, je me sens libre dans mes créations.

J’aime l’ambiance ici, toutes les promotions se parlent et il n’y a pas de concurrence comme dans certaines écoles de mode. Les 3èmes années prennent du temps pour nous aider, nous avons toujours des conseils des promotions plus anciennes, il y a une vraie ambiance familiale avec de l’entraide. Je me sens bien dans l’école.

Pour moi l’école ne fera pas que tu trouveras un bon métier, certaines écoles vendent le fait qu’elles te donneront beaucoup de contacts. Mais je trouve que si on nous donne tout directement, on apprend moins à se battre et à être persévérant pour réussir. C’est à moi de trouver les bons stages, ceux qui me conviendront le plus et lesquels me feront le plus évoluer. Je veux me créer mon expérience et réseau moi-même.

Je mets 2 heures aller, 2 heures retour par jours dans les transports. Je travaille énormément, au point de faire parfois des nuits blanches, car je donne tout ce que je peux et je veux apprendre le maximum de choses par mes propres moyens. »

 

CG : « Comment imagines-tu ton avenir ? »

SM : « J’aime beaucoup la broderie, ainsi que le stylisme, j’aimerais plus tard créer ma société après avoir travaillé au moins 5 ans pour d’autres entreprises. Je voudrais un projet familial au sein duquel je pourrai travailler avec mon copain. Il a toujours beaucoup aimé l’art en général, c’est un danseur de Crump, il développe de plus en plus sa fibre artistique à mes côtés et nous avons plein d’idées pour la suite.

Moi je veux juste créer mon projet et vivre de ce que j’aime, je ne demande pas plus. J’aimerais cependant m’exporter, car mon style est plutôt Kawaï, Cute et Disney, aller peut-être au Japon, en Angleterre, au Canada, ou aux Etats unis. Je me renseignerai d’ailleurs pour faire un stage à l’étranger. »

Instagram : Baby Sukii